Alpine A470

24 Heures du Mans 2018

In Articles by Thomas

Malgré une victoire quasiment assuré pour l’écurie Toyota Gazoo Racing, étant la seule écurie LMP1 hybride de cette 86ème édition (étant donc avantagé par les règles de la FIA par rapport aux LMP1 non-hybride), cela valait la peine de regarder cette course et qui plus ait d’y assister en tant que spectateurs. Texte & Photos : Thomas Z. ©

Le prélude de la course

Vu que l’échauffement (Warm-Up) a lieu de 9h à 9h45 et que la course commence à 15h, l’ACO avait prévu un certain nombre d’occupations pour faire patienter les spectateurs. Deux courses eurent lieu : l’ ‘Aston Martin Racing Le Mans Festival’ suivie de l’annuel ‘Road to Le Mans’. La première course était une bonne opportunité de découvrir l’Aston Martin Vulcan en tant que voiture de compétition, car c’était la première fois que ce modèle participait à une course, la seconde course est toujours pleine d’action et c’est un vrai plaisir de voir les LMP3 et GT3 courir ensemble. Point commun de ces deux courses ? Accident au virage Dunlop lors du premier tour, suivi d’au moins 20 minutes de Safety Car (au total) soit environ un tiers de la course. Néanmoins ce fut un bon moyen d’attendre le début des 24 Heures. Comme à son habitude la Patrouille de France a défilé et dessiné le drapeau français dans le ciel avant le début de la course.

La Course

Comme mentionné plus tôt, le principal regret de cette course fut la différence de performance entre les LMP1 hybrides et non-hybrides (à cause des restrictions de la FIA), les Toyota étaient tellement plus rapides que leurs concurrents devaient miser sur la fiabilité de ces dernières pour espérer gagner la course. Cependant les 24 Heures du Mans ne se résument pas à la LMP1, les 3 autres catégories offrirent du suspense et des rebondissements permettant à la course de rester intéressante. Un autre point positif de cette année est le nombre de nouveaux participants, ByKolles Racing avec une Enso CLM P1/01-Nismo, CEFC Manor TRS Racing avec deux Ginetta G60-LT-P1-Mecachrome, DragonSpeed avec une BR Engineering BR1-Gibson et SMP Racing avec deux BR Engineering BR1-AER, augmentant le nombre de participant en LMP1 à to 10 ! En GTE, BMW rejoignit la course avec la nouvelle M8 GTE et Porsche célébra ses 70 ans avec deux livrée historique : le Cochon Rose (aussi connu sous le nom de « Grosse Berta » ou encore « Chasseuse de Truffe ») et la livrée Rothmans.

 

Classement et Conclusion

Comme prévu Toyota gagna la course, avec la numéro 8 en première position et la numéro 7 en deuxième place, prouvant après tant de tentatives qu’ils sont capable de construire un voiture fiable pour les 24 heures du Mans et qu’ils ont enfin battu leur ‘malédiction’ des éditions précédentes, félicitations à eux! Chiffre intéressant : c’est la première fois que Toyota remporte les 24 Heure du Mans après 20 tentatives. En LMP2, le résultat est plus incertain, la G-Drive Racing numéro 26 a bien franchie la ligne en première mais fut disqualifiée après la découverte d’un restricteur de débit de carburant non conforme. Comme cette affaire est encore en cours nous vous présentons un classement temporaire de la course :

Vainqueur de la catégorie Lmp1: #8 Toyota Gazoo Racing BUEMI/ ALONSO/ NAKAJIMA  Toyota TS050 Hybrid (Premier au classement général)
Vainqueur de la catégorie Lmp2 (?): #36 Signatech Alpine Matmut LAPIERRE/ THIRIET/ NEGRÃO  Alpine A570(5ème au classement général)
Vainqueur de la catégorie GTE-PRO: #92 Porsche GT Team CHRISTENSEN/ ESTRE/VANTHOOR Porsche 911 RSR (15ème au classement généra)
Vainqueur de la catégorie GTE-AM: #77 Dempsey-Proton Racing CAMPBELL/ RIED/ANDLAUER Porsche 911 RSR (25ème au classement généra)

Classement entier : https://fr.wikipedia.org/wiki/24_Heures_du_Mans_2018

Malgré un manque de suspense dans la catégorie LMP1 (et du coup du vainqueur de la course), cette année valait la peine d’être vue pour les autres catégories. Nous pouvons seulement espérer de nouveau participant dans la catégorie LMP1 (hybride) et/ou que la FIA réduise le gap de performance entre les véhicules hybride et non hybride pour parer cela. Bien évidemment nous espérons aussi de nouveaux participant dans les 4 catégories et peut-être aussi un outsider tel que la Nissan ZERO RC de 2014. Finalement ce fut un long et épuisant weekend mais rempli de bons souvenirs. Merci Le Mans.

La galerie complète vous attend en page 2 de cet article!