McLaren Speedtail: l’héritier est né

In Articles by Luca

En 1993, Gordon Murray et Ron Dennis ont tous deux choisi de construire la supercar la plus rapide de tous les temps, basée sur le concept de Murray. Après des mois de développement de l’architecture et de mise au point, the châssis était né. Evidemment, cela aurait été dommage de ne pas l’équiper avec le moteur V12 BMW S70/2, dérivé de la Formule 1.

McLaren F1 XP1 Prototype (Xperience Prototype 1)

Une référence était née, et fut absolue pendant un certain temps car elle a surpris la concurrence. Juste pour dire, victoire du Mans en 1995.

Aujourd’hui, l’objectif de McLaren Automotive est de présenter au moins une nouvelle voiture chaque année; cette année fut celle de la 600 LT (Long Tail – châssis long), mais ils ont ajouté un petit cadeau aux habitudes annuelles: la Speedtail.

Aerodynamique

Comme nous pouvons le voir, la voiture a une forme de goûte d’eau, la forme la plus aérodynamique, comme sur les oiseaux et poissons rapides. Mais la pièce aérodynamique la plus impressionnante est l’aileron arrière. Ou pas.

Flexing

La queue de la voiture intègre des éléments de surface contrôlables. A haute vitesse, ceux-ci sont actionnés afin de fournir de l’équilibre et de l’aérofrein, comme sur les avions. Le plus impressionnant est que ces pièces font partie intégrante de la carrosserie: aucune séparation, aucune cassure de ligne. Tout ceci en pliant la fibre de carbone. Cela permet de conserver le style et, de manière moins évidente, améliorer l’efficacité aérodynamique, en réduisant les turbulences.

Flux d’air doux

En tournant ou braquant, les roues créent des turbulences et chassent l’air de la voiture, ce qui augmente la traînée, ce qui est mauvais pour la vitesse de pointe et le rendement aérodynamique. Espérons qu’ils aient trouvé un moyen de refroidir les freins. De plus, il n’y a pas de rétroviseurs extérieurs: l’utilisation de caméra réduit la traînée. 

Power, power and power

Un V8 hybride de 1035 chevaux, 12.8 secondes pour atteindre les 300 km/h, pour une vitesse de pointe de 403 km/h. Cela ne fait aucun doute: McLaren s’attaque à Bugatti (et Aston Martin?) pour sortir la marque de sa zone de confort. Première question: est-ce suffisant? En effet, si on compare la puissance pure, à savoir 1521 chevaux pour la Bugatti, on serait amenés à penser que ce n’est pas suffisant. Sauf que la Speedtail ne pèse que 1430 kg, soit 565 de moins que la Bugatti Chiron (1995 kg). Il est certes possible de masquer les limites imposées par les lois de la physique, mais dans ce cas-ci, nous serons amenés à donner l’avantage à la McLaren en termes de dynamisme. On ne néglige pas une demi-tonne, surtout pour 500.000€ de moins (1.970.000€).

Maintenant, il ne nous reste plus qu’à attendre 2020 pour espérer croiser cette magnifique voiture sur la route, vu que McLaren prévoit de produire seulement 106 unités.