Peugeot 208 T16

Montée des Légendes 2018

In Articles, Photos by Thomas

Un évènement qui aurait pu être l’un des meilleurs de cette année, des voitures incroyables accompagnées par des pilotes légendaires. Mais comment cette journée idyllique a pu passer au cauchemar pour certain ?Texte & Photos: Thomas Z.

La course

Situé en France, la course a pris place au Col de la Faucille, près de Gex. Connu pour être un de meilleur col de la région, c’est donc un choix parfait pour une course de côte, il faut d’ailleurs savoir que cette route faisait partie du championnat d’Europe de la montagne dans les année 60-70. La configuration 2018 a une longueur de 6,4 km et un dénivelé d’approximativement 600m.

 

Col de la Faucille

Les voitures présentes et leurs pilotes.

Le rassemblement de pilotes connus qui ont participé à cette course furent la principale raison du succès de cet événement (20-40’000 spectateurs pour une première édition !), parmi eux, Sébastien Loeb (avec sa Peugeot 208 T16 et Peugeot 306 Maxi), Ari Vatanen (conduisant une BMW M3 E30, malheureusement pas une 405 T16, n’oublions que ce dernier est dorénavant l’ambassadeur de BMW…) et Romain Dumas (sur une Porsche 911 996 GT3 RS Spa Freisinger). Sur les 36 participants nous n’avons cité que ceux qui à notre avis sont plus connu du grand publique, vous pourrez retrouver les autres véhicules inscrits dans la galerie de cette article, situé à la page 2 .

Conclusion

Location idéale, pilotes légendaires, voitures incroyables, que pouvait-il mal se passer ? Simple, l’organisation. Les organisateurs n’étaient pas capables de placer la trop grande quantité de spectateurs présente, les places proposées prévues à cet effet étant trop petite. La présence du public dans les zones interdites a d’ailleurs arrêté la course pendant une durée de 2 à 3 heures, annulant une montée d’essais et se solvant par la transformation de certaines zones ‘interdites’ en zones ‘spectateurs’, une intervention de la gendarmerie française pour contenir le public dans ces zones a d’ailleurs été nécessaire. À qui la faute ? À en croire les commentateurs, le public est en faute, mais que dire de la trop petite place qui leur était allouée ? Trop de tickets vendus (pour faire le maximum de profit) ? Peut-être. Il est cependant à noter que cet événement était une première édition avec toutes les erreurs qui vont avec, et nous sommes persuadés que l’organisation ne les reproduira pas par la suite. Une seconde édition a d’ailleurs été sous-entendu par Ari Vatanen lors d’un interview en fin de journée, qui aussi sous-ligné qu’il espère que cet événement devienne un Pikes Peak à la française avec de plus en plus de participant chaque année et une vraie compétition et c’est ce qu’on souhaite aussi ! En conclusion, si l’on fait abstraction des problèmes organisationnelles, ce fut un très bon évènement. Vivement la deuxième édition !